Brin de Terre

Des jardins sous les fruitiers

Nicolas, Hélène et Naoko

Qui sommes nous et qu'avons nous envie de faire?

 

     Nous sommes les premiers paysans arrivés sur la ferme, après un parcours d'expériences variées, et 3 ans de maraîchage dans le Tarn, nous avons croisés la route de Patrick et Pierre alors que nous cherchions des nouvelles terres pour continuer notre activité. L'approche agro-écologique de la ferme Canopée correspondait totalement à nos valeurs et à ce que l'on avait envie de réaliser .

       Ces valeurs communes sont celles du monde paysan, c'est à dire avoir des pratiques qui nous permettent de garder une ferme de taille familiale, de ne pas s'agrandir à des proportions semi industrielles, (même si nous y sommes encouragés par le monde agricole), tout en profitant de la force d'entraide et de solidarité du collectif.

Nous souhaitons créer une ferme de production maraîchère en agroforesterie fruitière, des jardins sous les fruitiers, ces jardins s'appellerons « Brin de terre ». Nous souhaitons aussi participer à un des objectif de la ferme Canopée à savoir, faire un travail d'information, d'échanges et de transmission des savoirs faire agricoles respectueux de l'environnement, anciens ou nouveaux, simples et à la portée de tous, que l'on soit professionnel, jardinier ou simple curieux.

 

        La diversité est la base de notre conception d'une ferme durable. D'abord la diversité cultivée : comme base de l'agrobiologie, elle favorise la biodiversité sauvage et permet de réduire les besoins en traitements des plantes qui sont naturellement en bonne santé. Nous séparerons les parcelles de cultures maraîchères par des haies d'arbres fruitiers de différentes espèces ainsi que des plantes aromatiques et des petits fruits. La diversité des activités : diversifier les productions permet une plus grande résilience de la ferme, si un problème d'ordre climatique, naturel, technique ou humain apparaît une année sur une activité, la ferme continue a avoir des ressources avec ses autres activités. La diversité des pratiques : ne pas se restreindre à une seule technique, mais expérimenter de nouvelles méthodes et de nouvelles organisations dans un souci d'améliorer le travail et les relations humaines. La diversité des modes de commercialisation permet d'avoir moins de pertes par une revalorisation du surplus (transformation), permet aussi de toucher plus de monde et de rendre la bio plus accessible (adaptation des prix pour les collectivités par exemple), permet aussi que chaque travailleur de la ferme se retrouve dans ce qu'il aime faire (contact humain, mixité sociale..) .

      La diversité ne veut pas dire de s'éparpiller dans les tâches, elle implique une rationalisation du travail à différents niveaux et que chacun de nos actes s'inscrive dans une démarche logique de simplification du travail humain et animal. La diversité permet de maintenir un équilibre, une harmonie dans l'organisme agricole que nous souhaitons beau et agréable à vivre.

 

Et concrètement...

 

      Durant nos 3 ans d'expérience dans le Tarn, nous avons expérimenté la traction animale, avec des outils modernes adaptés au maraîchage, fabriqués par PROMMATA ( Association pour la PROmotion de Matériel Moderne A Traction Animale.), Nicolas s'est formé auprès de cette association et participe aujourd'hui à celle-ci en tant que membre du conseil d'administration. Nous avons vraiment aimé ce travail avec l'animal, cette technique douce pour le sol, que nous avons pu observer, en comparaison du travail avec un tracteur, que nous utilisions aussi. Pour notre nouvelle installation ici, nous avons choisi de travailler presque totalement en traction animale, tout en gardant l'objectif d'une réduction du travail du sol. Nous reparlerons dans un prochain article, de la traction animale moderne et de son intérêt, car c'est une technique peu connue qui suscite des interrogations.

Cela fait longtemps que nous pensons intégrer des fruitiers aux cultures légumières, comme nous n'avons aucune expérience dans ce domaine, nous allons nous former auprès du Conservatoire Végétal Régional d'Aquitaine, qui va nous conseiller sur les variétés et les portes-greffes,et l'implantation des arbres fruitiers cet automne. Hélène a fait un stage avec Evelyne Leterme, du Conservatoire, sur l'association arbre et légumes, et nous avons beaucoup aimé l'approche agronomique innovante, et les expériences réalisées au conservatoire sur l'intégration de haies diversifiées au sein des arbres fruitiers et sur l'étude de la faune auxiliaire. Les premiers résultats d'expériences sont très prometteurs pour la production professionnelle de fruits sans traitements. Nous implanterons la première moitié des arbres fruitiers cet automne, autour de la fin novembre, et la deuxième moitié en 2014. Nous ne sommes pas encore fixés pour le choix des essences, mais nous aurons un peu de diversité (Pomme, poire, prune, pêche, brugnon, abricot, figue, cerises, coing, grenade, kaki, kiwi) , mais surtout 2 ou 3 espèces (6 à 8 variétés) plus présentes qui seront la base de la production.

 

        Notre objectif est de cultiver au total 1ha de maraîchage plein champ sur 15 jardins de 700 m2 (20 buttes de 0,70 m de large sur 45 m de long), ceux-ci sont séparés par 20 haies fruitières de 45 m de long. En comptant 1200 m2 de serres, la serre à plants, les zones à compost et les chemins, on a une emprise au sol de 3 ha.

Nous gardons aussi une zone expérimentale pour mettre en place ce qu'on appelle une forêt comestible : ce sont des bosquets d'arbres fruitiers très diversifiés et densément peuplés disposés en fonction de leur taille (grands arbres, arbres moyens, arbustes), qui laissent la place à des petites clairières dans lesquelles il y a des grosses buttes permanentes paillées sur lesquelles poussent des légumes pérennes ou qui se ressèment seuls. Le but étant de faire un minimum d'intervention pour un maximum de récoltes.

 

Voici le schéma d'implantation des jardins :

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Cliquez sur la photo pour l'agrandir

 

 

Quatre mois à peine que nous sommes arrivés...

 

Pour le moment, nous avons commencé à remplir les jardins doucement depuis le mois de mars, avec un temps exceptionnellement froid et humide. Cette année nous cultiverons seulement 6 jardins avec des cultures d'automne et d'hiver, et nous monterons notre première serre de culture de 400 m2 en juillet, (le week-end du 20,21) pour la remplir des cultures d'hiver. Les futures bandes fruitières, ainsi que les zones non cultivés (serres, jardin botanique, forêt comestible) ont été semées avec un engrais vert d'été, composé d'un mélange de sarrasin, phacélie, trèfle incarnat, vesce, pois, seigle, moutarde, lin. Nous avons monté la serre à plant et commencé certains aménagements comme l'installation de la borne d'irrigation, des passages de fossé...

 

 

Les premières récoltes commencerons fin juillet, que nous commercialiserons sur 2 marchés, probablement Seissan et Samatan ou Auch. Par la suite, nous vendrons à la Biocoop de Auch : Les jardins d'Augusta , seulement quand nous commencerons la deuxième année de conversion à l'AB, car les terres étaient auparavant cultivées en conventionnel. Si nous trouvons la clientèle, nous aimerions créer un groupement de paniers local (Amap), et aussi faire un point de vente à la ferme, car le lieu s'y prête. Parmi toutes ces possibilités, nous verront bien lesquelles restent et lesquelles seront mise de côté.

 

Brin de terre commence à naître au sein de la ferme Canopée et nous commençons à nous sentir chez nous à Sansan, et il nous tarde déjà d’accueillir de nouveaux paysans, pour construire la suite ensemble et partager ce lieu plein de possibilités !

 

Pour nous contacter :

Brin de Terre

Danazac

32260 Sansan

05 62 07 12 04

nikosbena@gmail.com

 

Écrire commentaire

Commentaires : 9
  • #1

    Grégory Véricel (mercredi, 03 juillet 2013 23:10)

    Très chouette projet !
    Ca donne envie de vous rencontrer et d'échanger !
    Ce serait possible ?

  • #2

    Nicolas (dimanche, 14 juillet 2013 07:27)

    Bien sûr c'est possible de nous rencontrer, il y a notre contact juste au dessus.
    On est pas mal occupé, mais on peut échanger par e-mail.

  • #3

    Jacques (mercredi, 11 septembre 2013 17:49)

    Bonjour,

    Comment avance le projet ?

  • #4

    paul (lundi, 26 mai 2014 23:05)

    Bonjour,
    j'ai lu avec grand intérêt votre projet détaillé. Je souhaite m'installer bientôt (d'ici un an) en arboriculture maraîchère, oui la même formule ou presque...! Comme le commentaire précédent, je souhaiterais avoir des nouvelles de votre jardin. Avez-vous planté les arbres ? Quelles tailles ont-ils ? Quelles remarques sur les légumes ? Merci d'avance!

  • #5

    francois warlop (jeudi, 21 août 2014 16:23)


    la ferme Canopée fait partie du réseau SMART :
    www.agroforesterie.fr/smart

    cela permet de voir des expériences proches de chez soi, chacune étant unique et adaptée à sa propre situation !

  • #6

    schmitt raymonde (dimanche, 07 décembre 2014 17:00)

    je vais m'installer à Seissan en février 2015 , un petit terrain de 4000 m2 et j'aimerai
    bien vous rendre visite.
    Cordialement

  • #7

    Emmanuelle (dimanche, 14 juin 2015 11:05)

    Bonjour,
    Où en êtes vous aujourd'hui? Avez vous trouvé un équilibre au niveau qualité de vie/travail/revenus?
    J'ai été maraîchère bio 5 ans et ai échoué à trouver cet équilibre faute de revenus suffisants...
    Merci pour votre témoignage car j'envisage de rempiler...

  • #8

    Nicolas (lundi, 16 janvier 2017 22:47)

    Vous êtes nombreux à me demander des nouvelles de brin de terre et je suis désolé de vous avoir fait attendre. Nous sommes en train de mettre à jour le site et d'ajouter plein de photos et d'explications de l'avancée du projet. Tout ce passe bien à la ferme, nos jardins s'embélissent et sont de plus en plus fertiles, notre activité marche assez bien et au bout de 3 ans nous commençons à tirer un revenu de notre activité...
    la suite dans les articles du site...

  • #9

    LAFOURCADE (mercredi, 03 mai 2017 21:56)

    Bonsoir
    Pouvez vous m'envoyer des informations concernant vos paniers
    Je suis très intéressée . Je sais qu'il est possible de les récupérer
    le jeudi au marché . En attendant votre réponse

    Bien à vous Brigitte

"Des fermes avec des arbres"

« C’est la forêt qui joue le rôle principal dans la formation des sols fertiles. La majorité des terres les plus fertiles vouées à l’agriculture sont d’origine forestière. Pourquoi ne pas nous référer au modèle forestier qui nous a donné des sols agricoles fertiles ? »
Gilles Lemieux et Diane Germain - 2001

 

« La Nature a horreur du vide. Lorsque nous plantons en ligne, nous générons entre chaque rang un petit désert.
L’existence de ces déserts entre les rangs constitue l’une des raisons majeures pour lesquelles l’agriculture chimique tout comme l’agriculture biologique épuisent les sols. »
John Jeavons - 1998