cliquez sur le titre ou l'image pour Lire!

Nous nous sommes installés sur la ferme au printemps 2013, au tout début du projet de la ferme canopée. Nous occupons 7 hectares dont 4 sur les coteaux qui sont utilisés comme pâture pour nos animaux. Nous partageons  actuellement notre vie avec 2 ânes de travail et une mule. Les 3 hectares restant sont dédiés au jardins et aménagé progressivement avec une approche agroécologique. Nous cultivons des légumes diversifié sur 10 jardins de 700m2 répartis dans l'espace et séparés entre eux par des haies fruitières. Nous appelons cela l'agroforesterie fruitière. Lire la suite...

    Installés au 1er janvier 2016, ma compagne et moi sommes les seconds à s'être installés sur la Ferme Canopée. Sur les 2,4 hectares dont nous disposons, 0,75ha sont cultivés en maraichage diversifié (c'est-à-dire tout ce qui daigne pousser sous nos climats, de l'aubergine aux tomates, en passant par les blettes et les rutabagas). Des haies fruitières au milieu des légumes et de petits vergers aux alentours ont commencés à être mise en place fin 2017. Début 2018 sont arrivés nos premiers canards coureurs indiens, grands amateurs de limaces !

Plusieurs principes agro-écologiques sous-tendent nos pratiques, en voici quelques uns :

     - Nous ne travaillons pas le sol afin de favoriser sa vie.

     - Nous ne laissons pas le sol à nu et paillons avec des matières organique. Lire la suite...

"Des fermes avec des arbres"

« C’est la forêt qui joue le rôle principal dans la formation des sols fertiles. La majorité des terres les plus fertiles vouées à l’agriculture sont d’origine forestière. Pourquoi ne pas nous référer au modèle forestier qui nous a donné des sols agricoles fertiles ? »
Gilles Lemieux et Diane Germain - 2001

 

« La Nature a horreur du vide. Lorsque nous plantons en ligne, nous générons entre chaque rang un petit désert.
L’existence de ces déserts entre les rangs constitue l’une des raisons majeures pour lesquelles l’agriculture chimique tout comme l’agriculture biologique épuisent les sols. »
John Jeavons - 1998