cliquez sur le titre ou l'image pour Lire!

Nous ( Nicolas et Hélène) nous sommes installés sur la ferme au printemps 2013, au tout début du projet de la ferme canopée. En 2020, Aurélie et Baptiste nous rejoignent. Nous occupons 7 hectares dont 4 sur les coteaux qui sont utilisés comme pâture pour nos animaux. Nous partageons  actuellement notre vie avec 2 ânes de travail, une mule, 5 chevaux de trait et deux bœufs. Les 3 hectares restants sont dédiés au jardins et aménagé progressivement avec une approche agroécologique. Nous cultivons des légumes diversifiés sur 10 jardins de 700m2 répartis dans l'espace et séparés entre eux par des haies fruitières. Nous appelons cela l'agroforesterie fruitière. Lire la suite...

      Installé au 1er janvier 2016 (seconde installation à la Ferme Canopée), aujourd'hui je suis seul sur 2,4 hectares.

     0,45 ha sont cultivés en maraîchage diversifié. Des haies fruitières au milieu des légumes et de petits vergers aux alentours commencent à donner leurs fruits (pommes, prunes, poires, nashis, raisins, etc.).

 

Plusieurs principes agro-écologiques sous-tendent mes pratiques, en voici quelques uns :

 

     - Je ne travaille pas le sol afin de favoriser sa vie.

     - La plupart des légumes sont paillés (pour éviter le sol à nu).

     - J'utilise autant que possible des engrais verts afin d'agrader le sol entre deux cultures.

     - Je ne cultive pas de variétés hybrides F1.

 

     Je suis en recherche permanente d'amélioration de mes pratiques, afin de trouver les meilleurs compromis entre agro-écologie et rentabilité économique.

 

Lire la suite...

"Des fermes avec des arbres"

« C’est la forêt qui joue le rôle principal dans la formation des sols fertiles. La majorité des terres les plus fertiles vouées à l’agriculture sont d’origine forestière. Pourquoi ne pas nous référer au modèle forestier qui nous a donné des sols agricoles fertiles ? »
Gilles Lemieux et Diane Germain - 2001

 

« La Nature a horreur du vide. Lorsque nous plantons en ligne, nous générons entre chaque rang un petit désert.
L’existence de ces déserts entre les rangs constitue l’une des raisons majeures pour lesquelles l’agriculture chimique tout comme l’agriculture biologique épuisent les sols. »
John Jeavons - 1998