Plantation des haies : suite et fin !

C'est fait !

Nous avons réussi à planter les 700 mètres de haies qu'il restait pour circonscrire l'ensemble des parcelles composant la ferme, pour transformer le paysage...bon là faut attendre un peu mais on y croit.

Nous étions 25 planteurs volontaires ce dimanche 9 mars. Nous avons commencé à 9h30 et à 13h00 tout était terminé.

Cécile et moi avions cuisiné la veille pour proposer à nos planteurs volontaires un bon repas.

Un moment simple, plein de sens et de bien-être partagé. Et tout ça sous un soleil magnifique. Du pur bonheur !

Quelle surprise et quelle émotion quand chaque participant me dit merci en partant avant d'avoir eu le temps de les remercier moi-même.

Donc, merci à Tom (d'Arbre et Paysage 32), Virginie, Christian, Yohann, Manue, Emilie, Corentin, Charleyne, Thann-Chi, Ines, Laetitia, Franck, Olivier, Marie-Pierre et sa fille Elsa, Audrey, Vincent, Alexandre, Manu, Mario, Anne, Raymond, Nicolas de Toulouse, Pierre, Nicolas, Hélène, Cécile.

Les amis de la Canopée sont de plus en plus nombreux ! Le projet fait sens pour beaucoup de gens. C'est encourageant.

 

Au total, plus de 2 km de haies plantées, pour environs 2 300 arbres et arbustres qui viendront enrichir la biodiversité et la vie des sols, protéger du vent, créer un micro-climat, stocker l'eau, éviter l'érosion, etc.

 

Les variétés plantées sont très locales :

 

Charme

Viorne Lantane

Prunelier

Rosier persistant

Aubépine monogyne

Sureau noir

Noisetier coudrier

Erable champêtre

Fusain Europe

Poirier franc

Noisetier fruit

Pommier franc

Cornouiller sanguin

Tilleuil des bois

Laurier sauce

Chêne Sessile

Troène des bois

Meriser

Néflier

Prunier domestique

 

 

 

La prochaine fois, on attaquera l'agroforesterie !

Écrire commentaire

Commentaires : 0

"Des fermes avec des arbres"

« C’est la forêt qui joue le rôle principal dans la formation des sols fertiles. La majorité des terres les plus fertiles vouées à l’agriculture sont d’origine forestière. Pourquoi ne pas nous référer au modèle forestier qui nous a donné des sols agricoles fertiles ? »
Gilles Lemieux et Diane Germain - 2001

 

« La Nature a horreur du vide. Lorsque nous plantons en ligne, nous générons entre chaque rang un petit désert.
L’existence de ces déserts entre les rangs constitue l’une des raisons majeures pour lesquelles l’agriculture chimique tout comme l’agriculture biologique épuisent les sols. »
John Jeavons - 1998