Un chemin pour construire l'avenir

2014 aura été l'année de la réalisation d'un nouveau chemin qui part de la ferme, dessert les bâtiments, permet d'accéder à la salle des fêtes du village (très utile pour les formations et les rencontres agricoles)et de se rendre à la ferme par une route agréable et surtout, qui permet d'envisager la construction de nouveaux habitats pour les nouveaux venus.

Une étape longue retardée par les élections municipales.

Le Conseil Général du Gers nous a aidé sur une partie des aménagements autour des bâtiments.


L'installation des premiers arrivants se déroulant très biens (condition indispensable au développement du projet) et le chemin étant terminé, nous pouvons commencer sereinement à ouvrir la ferme à d'autres porteurs de projets. Les candidatures sont nombreuses, mais encore faut-il que le projet s'intègre bien dans la ferme, que le porteur de projet soit vraiment prêt à s'installer en terme d'expérience, d'approche technique, économique et commerciale, qu'il se sente en phase avec notre cahier des charges agroécologique et que nous ayons pris le temps de travailler sur une bonne qualité relationnelle. En effet, de nombreux projets collectifs s'éteignent au bout de quelques mois ou années en raison d'un manque de clarté dans les relations. Nous comptons nous faire épauler par l'ATAG (association Tarnaise pour l'Agriculture de Groupe).

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

"Des fermes avec des arbres"

« C’est la forêt qui joue le rôle principal dans la formation des sols fertiles. La majorité des terres les plus fertiles vouées à l’agriculture sont d’origine forestière. Pourquoi ne pas nous référer au modèle forestier qui nous a donné des sols agricoles fertiles ? »
Gilles Lemieux et Diane Germain - 2001

 

« La Nature a horreur du vide. Lorsque nous plantons en ligne, nous générons entre chaque rang un petit désert.
L’existence de ces déserts entre les rangs constitue l’une des raisons majeures pour lesquelles l’agriculture chimique tout comme l’agriculture biologique épuisent les sols. »
John Jeavons - 1998