D'Amour et d'Humus : première saison

     Cela fait déjà plus d'un an que nous avons débuté l'aventure à la Ferme Canopée ! Et ce fut une année dans l'ensemble satisfaisante. Quelques imprévus, quelques difficultés, mais beaucoup de réussites et plusieurs tonnes de légumes !

 

     Les premiers mois d'hiver ont été occupés de paperasses administratives entrecoupées de travaux d'aménagements de notre futur hangar et de nos futures parcelles (de belles prairies à luzerne de 3 ans d'âge).

     Cela a commencé en mars par le passage d'une tondeuse pour couper à ras l'herbe, suivi d'un bâchage avec de grandes bâches noires afin de détruire autant que possible la prairie. De cette manière nous avons pû reprendre une prairie sans travailler le sol afin d'y implanter nos cultures maraichères. Quelques semaines plus tard, il était déjà temps de planter les pommes de terre. Nous avons donc débâché et planté, puis paillé avec de la paille ou du foin. Et ainsi de suite toute la saison au fur à mesure des plantations.

     Entre temps, en avril, nous avons monté rapidement notre petite pépinière et commencé les semis.

 

     Nos premières récoltes sont arrivées fin juin et début juillet nous commencions le marché très local de Seissan. Un mois plus tard nous ouvrions un nouveau jour de vente à la ferme le mercredi et, enfin, en novembre, nous commencions la distribution de quelques paniers hebdomadaires.

     Tout ça c'est fait sans que l'on voit le temps passer, la première gelée d'octobre nous rappelant brusquement que l'été était bien révolu.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

"Des fermes avec des arbres"

« C’est la forêt qui joue le rôle principal dans la formation des sols fertiles. La majorité des terres les plus fertiles vouées à l’agriculture sont d’origine forestière. Pourquoi ne pas nous référer au modèle forestier qui nous a donné des sols agricoles fertiles ? »
Gilles Lemieux et Diane Germain - 2001

 

« La Nature a horreur du vide. Lorsque nous plantons en ligne, nous générons entre chaque rang un petit désert.
L’existence de ces déserts entre les rangs constitue l’une des raisons majeures pour lesquelles l’agriculture chimique tout comme l’agriculture biologique épuisent les sols. »
John Jeavons - 1998